Levez-vous pour votre santé!

Des tonnes de campagnes publicitaires tentent de nous mettre en garde contre les fléaux du 21ème siècle : le tabac, l’obésité, le cancer, le diabète…Ça ne finit plus!

Gestion Santé K5S

Que penseriez-vous d’en ajouter un nouveau à la déjà trop longue liste?

Nous vous parlons aujourd’hui de la position assise et comment elle contribue autant, sinon plus, aux problèmes de santé croissants de notre génération.

Avant de commencer, nous ne voulons pas vous perdre dans nos explications alors nous tenterons de demeurer le plus clair et simpliste possible.

Les conséquences de la position assise prolongée sont autant d’ordre mécanique que physiologique.

Dans cet article, nous vous expliquons plus précisément ce qui se passe dans votre corps d’un point de vue  «musculaire» lorsque vous passez la majorité de votre temps assis sur une chaise.

Par le fait même, vous allez pouvoir mieux comprendre comment le tout se transfert en situation d’entraînement.

Bon. Par où commencer?

Nous vous proposons une petite synthèse de l’évolution sociologique du mouvement ; de notre enfance à notre vie d’adulte en passant par la merveilleuse adolescence (la super posture des ados a.k.a je ne pourrais pas être plus débalancé).

Imaginez-vous à votre enfance. Vous passiez de nombreuses heures à vous amuser dehors en faisant quoi ?

En bougeant de tout bord tout côté en utilisant votre corps. On a qu’à regarder un jeune enfant de 3-4 ans pour comprendre qu’il ne veut que constamment bouger (ils sont donc ben énervés les tits jeunes, vous dites-vous).

Quand on est jeune, on développe généralement une passion pour l’exploration du mouvement : on se familiarise avec les sports, les jeux ou toutes autres formes d’amusement à l’extérieur.

En gros, tout ce qui est kinesthésique (la reconnaissance du corps et du mouvement dans l’espace) est la première source d’apprentissage  pour un enfant.

En vieillissant, on perd progressivement cet aspect kinesthésique lorsqu’on évolue dans le schème académique. Pensez-y, plus les années d’école avancent, moins on bouge.

Nous savons que certains, se passionnent pour les sports et bougent davantage, mais on s’entend que pour la plupart, le phénomène est bel et bien réel.

Ce qui se passe concrètement, c’est que la nature de l’apprentissage dans notre système d’éducation ne se concentre que sur l’aspect visuel et auditif. Un prof parle en avant, on écoute, on prend des notes et ensuite on reprend le tout dans un examen écrit.

«Oui, mais il y a les cours d’éducation physique pour aider les jeunes à bouger! »

Ok, nous sommes d’accord, mais pensez-vous qu’ils sont suffisants? Non seulement ils sont en baisse mais ils ne sont pas assez stimulants pour que tous les jeunes y adhèrent adéquatement.

Pensez à tous ceux qui attendent juste que le cours finisse, qui se traînent les pieds et qui ne participent pas… Vous comprenez.

Le point ici est que nous sommes en train de progressivement retirer toute forme d’apprentissage kinesthésique à nos enfants.

Résultat?

Les jeunes passent la majorité de leur temps à l’école assis sur une chaise, puis font la même chose le soir avec la venue populaire des jeux vidéos.

Ensuite on arrive au secondaire, on fait EXACTEMENT la même chose pendant 5 ans. Pas pour rien que les ados ont tous l’air d’être penchés par en avant.

5 années de plus de notre vie assis sur les bancs d’école avec à peine 1 ou 2 cours d’éducation physique par semaine…

Le cégep, l’université : toujours la même game.

Vous êtes maintenant rendus, pour la plupart, à 20-21 ans et depuis la première année du primaire, on apprend en étant assis sur une chaise. Si mon compte est bon, on est bientôt rendu à une quinzaine d’années de position assise prédominante, si, bien entendu, on est peu ou pas actif et qu’on suit le modèle populaire de la société d’aujourd’hui.

En bonus, plusieurs emplois comptent sur une position assise également, de 8h le matin à 5h le soir pour la majorité.

Au final, on passe une très grande partie de notre vie constamment assis.

Alors quelles sont les conséquences ?

Elles sont multiples, mais attardons nous pour cet article à l’aspect  « biomécanique ».

Cours d’anatomie 101

Pour rendre ça simple, nous vous expliquons quelques mouvements du corps. D’abord, on appelle la  »flexion de la hanche » lorsqu’on amène notre genou vers le tronc, en position debout. Levez-vous, levez votre jambe en l’air, vous faites une flexion de la hanche. Les muscles responsables de cette action se nomment les  «fléchisseurs de la hanche », assez logique!

Lorsqu’on se penche par en avant, en position debout, on fait une  « flexion du tronc ».

Regardez votre position assise, vous remarquerez que vos hanches sont en flexion, de même que votre tronc (en général). Vous aurez deviné que vos muscles  « fléchisseurs de la hanche et du tronc » sont passivement raccourcis. En contraste, leurs groupes musculaires opposés sont étirés.

On appel ce concept : la relation agoniste-antagoniste (un muscle raccourcit verra son muscle opposé étiré).

*Passif = sans l’intervention volontaire, comme quand un thérapeute manipule vos membres ou comme quand vous êtes assis sur une chaise, dans notre cas.

Conséquences

Sans rentrer dans les détails, vous êtes en train de progressivement créer un débalancement musculaire dans l’ensemble de votre corps.

Vos muscles fléchisseurs sont raccourcis, alors que leurs antagonistes (leurs muscles opposés) comme les fessiers pour la hanche, sont constamment étirés. Concrètement, le phénomène se traduit par :

Une perte de contrôle moteur au niveau du bassin (antéversion vs rétroversion) et de sa musculature.

Qu’est ce que ça veut dire ?

Votre posture, votre habileté à bouger dans tous les degrés de liberté (toutes les axes ou directions) avec fluidité et votre aspect  « fonctionnel » de la vie quotidienne en souffrent.

Quoi d’autres ?

La position assise est également corrélée à d’autres problèmes de santé comme l’obésité. Pas besoin d’être très callé en santé pour comprendre que quand on est assis, on ne bouge pas!

La dépense énergétique quotidienne devient donc très faible. Combinez à ça un peu de malbouffe et vous formez les meilleures conditions pour prendre du poids.

Être évaché dans son divan et manger de la scrap est probablement le plus grand fléau du 21ème siècle pour la santé.

Solutions

Quoi faire ?

Voici quelques trucs et  solutions qui s’offrent à vous.

Mettre votre corps en mouvement. Pas nécessairement d’aller faire des entrainements super intenses, mais plutôt de ré-explorer le mouvement : entrainement progressif supervisé en salle, marche, yoga, sports, vous avez du choix !

Vous faire évaluer par un professionnel de la santé. Quel est votre niveau de force, de mobilité, de flexibilité, de stabilité, d’endurance? Un bon kinésiologue peut vous aider à identifier vos faiblesses et les travailler avec vous!

Travailler en contrôle moteur. On estime que le système nerveux  «oublie » comment contrôler les mouvements au niveau du bassin, du tronc et de l’épaule lorsqu’on passe trop d’heures en position assise. Les possibles débalancements musculaires peuvent également entrer dans l’équation.

Des exercices de contrôle du mouvement et d’étirements pourraient vous aider à contrer ce phénomène.

Vous lever le plus possible au travail. Si possible, levez vous debout à chaque 30 minutes pour 2 à 3 minutes.Vous pouvez même travailler au bureau debout !

Des bureaux ergonomiques sont maintenant disponibles sur le marché pour permettre un ajustement de la hauteur du bureau afin de travailler en position debout.

Nous avons que survolé le sujet aujourd’hui, nous pourrions écrire des centaines de pages sur les conséquences de la position assise pour la santé. Nous espérons vous avoir conscientiser davantage sur cette problématique. L’être humain n’est pas conçu pour rester assis de manière prolongée.

Levez-vous pour votre santé!

Bougez bien, bougez mieux, bougez intelligemment.

Heading

GUIDE GRATUIT

5 Exercices de gainage

pour la santé du bas du dos

Retour haut de page