Le système sympathique

Par Médérick Phan, finissant au baccalauréat en kinésiologie

Gestion Santé K5S

La semaine dernière nous avons brièvement discuté du système nerveux autonome et de ses sous-divisions, soit le système sympathique et le système parasympathique. Aujourd’hui, nous abordons le système sympathique et quelques exemples qui démontrent comment son rôle est primordial dans nos entraînements. 

Tout d’abord, il faut savoir que l’entraînement se résume à stresser notre corps pour le pousser à évoluer/s’adapter. On cherche à lui envoyer plusieurs stimuli afin de le pousser à devenir plus fort, plus endurant, plus puissant ou bien plus gros. Par exemple, lors d’un entraînement en force comme 6 séries de 4 répétitions, on s’attend à ce que notre corps soulève la plus grande charge possible. Le corps est surchargé par la tâche et tente désespérément de recruter le plus de fibres musculaires possibles pour soulever la charge donnée. Suite à votre entraînement, lorsque vous vous reposez, votre corps se dit: “Hey, c’était dur aujourd’hui, peut-être que si je je recrute telle ou telle fibre de plus ou  j’augmente le volume de mes fibres, je pourrais soulever cette charge avec beaucoup plus de facilité.” C’est la raison pour laquelle un entraînement très difficile peut devenir plus facile au fil des semaines. On appelle ce phénomène le syndrome général d’adaptation (Seyle, 1950).   

Ceci étant dit, le système sympathique correspond à la première étape du processus en entraînement. Comme nous l’avons mentionné la semaine dernière, le système sympathique est votre mode de survie (fight or flight en anglais). Il voit un stress et y répond en préparant le corps à l’action. Il vous permet de tomber en mode “catabolisme” et active tous vos systèmes pour répondre à la charge d’entraînement ; neuromusculaire, cardiovasculaire et endocrinien. 

Neurologiquement parlant, en prenant le temps de s’échauffer, le système sympathique “éveil notre corps”. Il augmente la conduction nerveuse, l’intensité de la décharge électrique, la fréquence des potentiels d’action et la coordination intra et intermusculaire. Il assure donc un meilleur recrutement des unités motrices. (Haff & Triplett, 2016)

Physiologiquement parlant, le système sympathique permet la synergie de tous les systèmes du corps. Il permettra entre autres d’augmenter vos activités métaboliques et enzymatiques (Chaudhry, 2019). Petite parenthèse, un enzyme c’est un catalyseur de réactions chimiques. C’est ce qui permet de faire telle ou telle réaction dans votre corps et ce, à une vitesse élevée. C’est comme un turbo dans un moteur d’auto! Donc, lors de votre échauffement, il accélère divers processus qui permettent la production d’énergie pour répondre à l’effort. De plus, le système sympathique permet aussi un meilleur débit cardiaque qui permet d’alimenter le corps en sang oxygéné (Alshak, 2019), une augmentation de la production de glucose et de sa mobilisation (Lebouef, 2019)et, enfin, une augmentation de l’utilisation des gras (Lebouef, 2019). 

Ceci étant dit, dans un cadre pratique, on peut constater à quel point le système sympathique est primordial dans un bon entraînement. Pour optimiser davantage notre entraînement et nos résultats, il faut prendre soin de bien activer ce système. “Mais coach Med, comment?” C’est simple! Prenez le temps de bien vous échauffer. La semaine prochaine nous aborderons l’échauffement, et comment bien s’échauffer en fonction de son objectif!

Le Kinésiologue

Bougez bien, bougez mieux, bougez intelligemment

 

 

Bibliographie:

 

Alshak MN, M Das J. Neuroanatomy, Sympathetic Nervous System. [Updated 2019 May 13]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2019 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK542195/

 

Chaudhry R, Varacallo M. Biochemistry, Glycolysis. [Updated 2019 Apr 21]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2019 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK482303/

 

Haff, Gregory G., Triplett, Travis N, Essentials of Stength Training and Conditionning, National Strength and Conditionning Association, 2

 

LeBouef T, Whited L. Physiology, Autonomic Nervous System. [Updated 2019 Feb 12]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2019 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK538516/

 

Selye H, (1950). Stress and the general adaptation syndrome. British medical journal, 1(4667), 1383–1392. doi:10.1136/bmj.1.4667.1383


journal
, 1(4667), 1383–1392. doi:10.1136/bmj.1.4667.1383

 

Heading

GUIDE GRATUIT

5 Exercices de gainage

pour la santé du bas du dos

Retour haut de page