Es-tu réellement en santé?

Sage réflexion que F.M. Alexander a eue au début du 20e siècle. «Les gens ne décident pas de leur futur, ils choisissent leurs habitudes de vie et ce sont ces habitudes qui dictent leur futur. Chaque jour, nous modulons nos actes afin de faire des choix santés.»

Pourquoi?

Pour mieux vivre et éloigner le plus possible la maladie. Par contre, on a aussi tendance à amplifier nos actions saines et minimiser nos mauvaises pour se donner bonne conscience.

Par exemple, voici des citations que nous entendons souvent:

  • ‘’Je suis en santé, je cours 3x par semaine ‘’
  • ‘’Je mange bien, je mange des fruits tous les matins’’
  • ‘’Mon sommeil est bon, je dors 8 heures par nuit’’

À première vue, ce sont tous des actions recommandées pour respecter les normes en santé. Mais trop souvent, on omet nos mauvaises habitudes qui persistent en croyant que nos bonnes les annulent.

Mais êtes-vous réellement en santé?

Si on réfléchit un peu, on réalise qu’une seule variable ne résout pas l’équation complète. Si on adopte une bonne habitude de vie, mais que nos autres sont déficientes, on avance, mais on recule en même temps.

Pour améliorer notre santé, il faut voir le grand portrait. Est-ce que j’ai assez de variables pour atteindre un équilibre santé?

Là est la vraie question.

Bon commençons !

Premièrement, la majorité des gens vont commencer à courir dans le but de devenir plus actif. C’est facile d’adhésion et peu coûteux. Par contre, la plupart n’ont pas les systèmes nécessaires pour tolérer le stress de la course.

Par exemple, on court de longues distances sans avoir les capacités cardiovasculaires et  musculo-squelettiques nécessaires. La course semble banale, mais si vous ne maitrisez pas une technique de course et une condition musculaire adéquate, il est possible que vous développiez des petites douleurs ici et là. Par conséquent, on retombera dans les vieilles habitudes, c’est à dire:

La sédentarité.

Pour ne pas en arriver là, il ne faut pas négliger le travail musculaire qui doit préalablement être fait pour soutenir cette charge d’entrainement.  Rappelez-vous, c’est vos muscles qui mobilisent votre corps. Il doit y avoir une coordination, une mobilité, une stabilité, une force et une endurance musculaire pour soutenir cette charge de travail imposée lors de la course.

Si vous n’avez pas la musculature, vous allez développer des complications un jour ou l’autre.  Ajouter à cela un faible VO2max dû aux habitudes sédentaires des dernières années et on a de belles conditions pour que la course ne soit pas la solution santé à long terme.

En passant, le VO2max exprime la capacité de notre organisme à gérer l’oxygène selon la demande du corps. S’il n’est pas assez développé et qu’on y va de sorties trop longues, l’oxygène nécessaire aux muscles ne sera pas suffisant et la mécanique sera affectée par une  fatigue prématurée. Voici quelques réflexions que vous devriez faire.

  • J’ai mal à une articulation pendant et/ou après ma course?
  • Lorsque je cours, j’ai l’impression de ne pas être fluide.
  • J’ai un inconfort musculaire lors de ma sortie
  • Je cours à une bonne vitesse, mais je crash après même pas 1km

Si vous avez répondu ‘’Oui’’ à l’une d’entres elles, je vous recommande de modifier cette habitude et de travailler sur vos faiblesses. Rappelez-vous la raison pour laquelle vous avez voulu faire de la course 3x par semaine en premier lieu ; C’est pour être en santé, donc le fait  d’accumuler des douleurs persistantes ne fait pas de vous une personne plus en santé.

En sommes, ne négligez pas la musculation si vous faites de la course, sinon vous allez devoir arrêter par obligation. De plus, faites attention à la longueur de vos sorties. Si vous débutez, allez y de plusieurs sorties, mais de plus courtes distances.

Deuxièmement, on retrouve l’alimentation qui a un impact majeur sur la santé et plusieurs vont débuter par cette option.

Excellente idée!

Une bonne alimentation est fondamentale pour la santé. Par contre, il ne faut pas croire qu’une pomme et une orange le matin soit suffisant pour classer notre alimentation dans la catégorie ‘’saine’’.

Je m’explique : Il est bon de manger des fruits certes, mais il faut se questionner lorsque c’est votre seul apport de qualité de la journée. Vous ne pouvez pas être en santé avec seulement quelques fruits dans votre déjeuner si vous mangez des repas congelés ou du resto le restant de la journée. Vous devez avoir les substrats, vitamines et minéraux nécessaires pour parvenir à vos besoins fondamentaux. Le corps à besoins de macro et micronutriments pour le bon fonctionnement des systèmes. Sommairement, ce sont des mécanismes chimiques qui sont faits à chaque milliseconde dans votre corps afin de répondre à votre rythme de vie. N’oubliez pas la célèbre phrase de Lavoisier :

‘’Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme’’.

Ensuite, il est important de comprendre le nombre de calories ingérées. On observe les deux extrêmes, soit l’ingestion minime pour perdre du poids ou à l’inverse une surconsommation d’énergie par des aliments souvent trop riche en gras et en glucides. En plus, il ne faut pas négliger l’hydratation tout au long de la journée. Les cellules ont besoins d’eau pour leur bon fonctionnement.

Pas du jus ou du pepsi… De l’eau!

Tsé le truc le plus naturel et rafraîchissant qui existe?

Oui oui, nos cellules aiment plus ça que 12 sachets de sucre dans une canette.

Bon. Tout ca pour dire que la prémisse de manger des fruits le matin, ce n’est pas la solution en soi, mais il s’agit d’un bon début dans le processus. Il faut analyser la qualité de l’alimentation toute la journée, pas juste le matin. Le plus important est surtout d’assurer les besoins du corps avec des aliments sains, non transformés et qui procurent un ÉQUILIBRE entre les macro et les micronutriments.

Troisièmement, le sommeil.

Un autre élément qui est simpliste pour dire que vous êtes en santé, mais que finalement, on constate souvent une problématique.  

Est-ce que le terme ‘’rythme circadien’’ vous dit quelque chose?

C’est notre horloge biologique dans lequel on peut voir un regroupement de tous les processus internes qui oscillent sur 24h. C’est une programmation autonome qui se régule par elle-même et qui peut être influencée par l’environnement. D’une part, on retrouve quelques impacts physiologiques comme la régulation de la température corporelle, la circulation sanguine, le niveau de production hormonale, le métabolisme cellulaire, le niveau de cortisol, etc. L’homéostasie de tous ces systèmes est la clé du bon fonctionnement du corps. D’autre part, nos actions comme l’entraînement et l’apport alimentaire journalier peuvent altérer notre rythme circadien.

L’entraînement et une alimentation saine peuvent favoriser le sommeil. Aussi, se coucher à la même heure tous les soirs, éviter les écrans d’ordinateurs, lire et méditer sont tous des moyens d’améliorer le sommeil par la régulation du rythme circadien et la diminution du stress.

À l’inverse, avoir une horaire de sommeil déséquilibré, ne jamais bouger et avoir une alimentation malsaine sont destructeurs du sommeil et des processus biologiques internes.

Ceci étant dit, il faut faire attention lorsqu’on se dit en santé. Il est faux de dire qu’une action saine vient inhiber tous les facteurs néfastes que nous faisons subir à notre corps.

La santé est un équilibre dans toutes les sphères de notre vie, pas juste l’exercice, l’alimentation et le sommeil pour ne nommer que ceux que nous avons abordés. L’aspect psychologique est aussi extrêmement important. Les relations sociales et amoureuses le sont tout autant. L’équilibre d’une tête saine dans un corps en santé, entraîné et bien nourri, c’est ça la vraie santé.

Bougez bien, bougez mieux, bougez intelligemment.

Heading

GUIDE GRATUIT

5 Exercices de gainage

pour la santé du bas du dos

Retour haut de page