L’économie de course

Par Médérick Phan, étudiant au baccalauréat en kinésiologie

Gestion Santé K5S

Lorsqu’on parle de performance en course à pied on parle généralement des aptitudes physiologiques comme la consommation maximale d’oxygène (VO2max) ainsi que les seuils ventilatoires (Lactate threshold ou anaerobic threshold). On entend beaucoup moins parler de l’économie de course (running economy ou RE). Pourtant, à un certain niveau, l’économie de course est plus fiable que le VO2max lorsqu’on tente de comparer plusieurs coureurs entre eux.

Brièvement, l’économie de course est déterminé par le taux d’oxygène consommé à une vitesse sous maximale donnée (Moore, 2016). Par exemple, on prend 10 coureurs du même niveau avec des VO2max similaires, disons 70 mL/kg/min. On les place tous sur un tapis, à une vitesse plus basse que leur maximum et on étudie leur consommation d’oxygène. Celui avec la consommation la plus basse est celui avec l’économie de course la plus élevée puisqu’il consomme moins d’oxygène pour soutenir la vitesse donnée.

L’économie de course dépend de plusieurs facteurs comme la biomécanique de course, le soulier porté, la surface de course, etc. C’est beaucoup de facteurs mais la bonne nouvelle c’est qu’on peut modifier la plupart d’entre eux et donc, devenir beaucoup plus efficient ! Aujourd’hui, nous survolerons deux méthodes indispensables au développement d’une meilleure économie de course.

Premièrement, une des meilleures façons de développer une meilleure économie de course serait de faire un entraînement HIIT en pente (Moore, 2016). Pourquoi? Parce que courir en pente permet de rester spécifique à la course et de développer votre masse musculaire des membres inférieurs. De plus, la course en pente permet d’améliorer votre foulée qui, elle aussi, est très importante dans lorsqu’on parle d’économie de course. Saviez-vous que la longueur de votre foulée et la fréquence de votre foulée sont aussi des paramètres nécessaires en course à pied? Un bon équilibre entre les deux permet de réduire votre mouvement vertical (certains sautent trop haut lorsqu’ils courent). En réduisant votre mouvement vertical vous réduisez votre coût métabolique associé au support de votre poids corporel (moins de travail contre la gravité) lors de votre course (Moore, 2016).

Deuxièmement, plusieurs études démontrent qu’il est nécessaire d’inclure des entraînements en résistance (force et pliométrie) pour favoriser votre économie de course (Sedano, 2013). J’entends souvent des phrases comme: “Je vais prendre trop de masse.” Faux ! Je vous épargne toute la physiologie derrière mais longue histoire courte, si on développe notre force maximale et notre puissance musculaire, on développe des adaptations neurologiques comme un plus grand recrutement des fibres musculaires, par exemple, et très peu de masse musculaire. En développant votre force, vous économiserez à chaque pas puisque vous serez plus fort des membres inférieurs (Moore, 2016). Donc, un coureur avec une force plus développée aura moins de travail à faire pour une même vitesse donnée.

Conseil de Coach Med: Il faut maximiser les éléments modifiables de l’économie de course et ce en commençant par 2 séances d’entraînement axées sur la force musculaire, 2 séances d’intervalles par semaine (avec des pentes pour plus de résultats) accompagnées par quelques sorties faciles. Si jamais c’est trop compliqué ou bien trop long à planifier, gardez en tête que Gestion Santé K5S et moi offrons ce type d’encadrement en privé ou en groupe !

Bonne semaine d’entraînement.

 

Le Kinésiologue

Bougez bien, bougez mieux, bougez intelligemment

 

 Bibliographie:

 

  • Støren Ø, Helgerud J, Støa EM, et al. Maximal strength training improves running economy in distance runners. Med Sci Sports Exerc. 2008;40:1087–1092. doi: 10.1249/MSS.0b013e318168da2f.
  • Barnes KR, Hopkins WG, McGuigan MR, et al. Effects of resistance training on running economy and cross-country performance. Med Sci Sports Exerc. 2013;45:2322–2331. doi: 10.1249/MSS.0b013e31829af603
  • Moore IS, Jones AM, Dixon SJ. Mechanisms for improved running economy in beginner runners. Med Sci Sports Exerc. 2012;44:1756–1763. doi: 10.1249/MSS.0b013e318255a727.
  • Moore I. S. (2016). Is There an Economical Running Technique? A Review of Modifiable Biomechanical Factors Affecting Running Economy. Sports medicine (Auckland, N.Z.), 46(6), 793–807. doi:10.1007/s40279-016-0474-4
  • Sedano, S., Marín, P. J., Cuadrado, G., & Redondo, J. C. (2013). Concurrent Training in Elite Male Runners. Journal of Strength and Conditioning Research, 27(9), 2433-2443. doi:10.1519/jsc.0b013e318280cc26
Heading

GUIDE GRATUIT

5 Exercices de gainage

pour la santé du bas du dos

Scroll to Top