Comprenez-vous vos douleurs?

Cherchez des solutions en vous entourant de gens qui pourront faire une différence.

Gestion Santé K5S

La douleur, personne ne l’aime. Malgré son effet indésirable, la douleur nous permet de mettre un frein à la machine qu’est l’être humain. C’est le signal que votre corps vous envoi pour vous dire Hey budy stay calm. La douleur a donc une fonction protectrice, elle est le signal d’alarme afin de préserver l’intégrité de votre corps ou plutôt, elle veille à ce que l’intégrité de votre belle machine ne s’empire pas.

On peut donc dire que la douleur est essentielle! Cependant, lorsque celle-ci se sépare de son but primaire de protection, on parle alors de douleur persistante. La douleur est la principale cause de consultation. Elle doit donc être le centre d’attention du spécialiste qui vous traite afin de vous aider à vous en débarrasser.

Une douleur chronique, c’est quoi exactement?

Bon. Le principal élément à comprendre et à savoir, c’est que tes douleurs chroniques, c’est dans ta tête big…. Un peu crue comme explication! Si la science et la compréhension du cerveau n’étaient pas aussi avancées, celle-ci serait notre explication initiale.

Ton problème c’est entre tes deux oreilles dirions-nous !

Je t’explique!

En passant, tu es complètement sain d’esprit si tu es victime de douleur chronique alors ne t’inquiète pas.

La douleur chronique s’explique par une hyperactivité des neurones du système nerveux central. Vous êtes victimes d’un dysfonctionnement de votre système nerveux, plus précisément des mécanismes endogènes du contrôle de la douleur.

L’explication de la douleur chronique est très complexe en soi, elle est multifactorielle. On peut retrouver des facteurs exogènes (qui viennent de l’extérieur) comme son environnement stressant, les antécédents familiaux, etc. On retrouve aussi les facteurs endogènes (à l’intérieur de soi). La douleur chronique doit donc être analysée avec une perspective plus grande que la douleur aiguë qui est souvent reliée à un problème lésionnel.

La chronicité envers la douleur affecte les composantes morphologiques du cerveau, donc l’aspect neurologique face à la douleur. Vous êtes victime d’un bombardement nociceptif (signaux de douleur). Votre cerveau envoie un signal que vous avez mal même s’il n’a plus raison de se plaindre. Ceci vient altérer l’intégrité de votre système nerveux.  Vous vous conditionnez à avoir mal lorsqu’il n’a plus de problème lésionnel (blessure musculo-squelettique).

Heureusement, l’effet est réversible avec de la patience,  une bonne compréhension des concepts et bien entendu, vos spécialistes de la santé. Vous êtes en mesure de reprogrammer le cerveau et d’éliminer votre douleur chronique.

Le temps afin de venir à bout de vos douleurs est environ proportionnel au temps aux prise par votre douleur. Détrompez–vous si vous pensez que miraculeusement avec deux ou trois séances, en contexte de douleurs chroniques, tout sera réglé.

Il est difficile d’associer la  douleur à quelque chose de non tangible. On a mal, on doit évidemment avoir un problème apparent. Je vais toujours me souvenir d’un gag de Martin Matt lorsqu’il disait avec sarcasme bien entendu :

«Je vais croire au burn-out lorsque je verrai une radiographie de celui-ci»

Le problème n’est pas toujours visible, une déchirure musculaire finit par guérir lorsque celle-ci est prise en charge par les bons spécialistes. Si la douleur persiste, posez-vous des questions. Le meilleur exemple pour comprendre que la raison mère de votre douleur est votre système nerveux est : les douleurs fantômes.Vous avez surement déjà entendu parler de gens se plaignant de douleur à l’endroit de l’amputation. Comment est-ce possible?  L’idée d’avoir mal à un endroit inexistant relève du surnaturel. Détrompez-vous, le cerveau est puissant.

Autre que les raisons biologiques, la douleur chronique est modulée par le social et l’aspect psychologique. On parle alors d’un modèle biopsychosocial afin d’expliquer les propriétés de nos douleurs. Les douleurs aiguës, pour leur part, apportent leur lot de souffrances. Elles sont, cependant, ressenties dans un court laps de temps. On parle ici de douleurs qui peuvent être ressenties entre 1 jour à 4 semaines. Comme nous avons dit ci-dessus, elles sont souvent reliées à un problème lésionnel.

On qualifie une douleur comme étant persistance lorsqu’elle excède 3 mois. On remarque alors une détresse psychologique qui peut être perçue par le patient. L’anxiété est souvent mise en cause. La question est l’œuf ou la poule. Des personnes avec des antécédents anxieux seront-elles plus sujettes à développer des douleurs chroniques ou bien la douleur provoque-t-elle en soi de l’anxiété?

Dans les deux cas, on peut répondre par l’affirmative. Il est donc important de faire une bonne rétrospective sur soi afin de mieux se connaître. En somme, comprendre l’essence de votre douleur peut s’avérer une tâche ardue, mais essentielle. La complexité de celle-ci et son étiologie peuvent découler d’un sentiment d’impuissance.

L’intervention en contexte de douleur chronique demande une prise en charge pluridisciplinaire. La cause n’est pas toujours lésionnelle, d’où l’importance de travailler en interdisciplinarité.

Nous espérons que vous comprendrez mieux le sens à vos maux. Ici, il n’est pas question de comprendre toutes les modalités biologiques, psychologiques et sociales afin d’intervenir; laissez ça à vos spécialistes de la santé.

Cherchez des solutions en vous entourant de gens qui pourront faire une différence.

Bougez bien, bougez mieux, bougez intelligemment

Heading

GUIDE GRATUIT

5 Exercices de gainage

pour la santé du bas du dos

Retour haut de page